Hydria est l’un des acteurs clés impliqués dans la gestion de l’eau en Région bruxelloise.

Elle remplit ses missions de service public de manière professionnelle et durable grâce aux compétences et à l’engagement de ses collaborateurs

NOTRE MISSION

Hydria est une entreprise publique autonome chargée de la collecte et de l’épuration des eaux usées, ainsi que de la lutte contre les inondations, en vue d’améliorer l’environnement et la qualité de vie des citoyens.

NOTRE VISION

Hydria assure, en tant qu’opérateur exclusif, le traitement des eaux résiduaires urbaines, la gestion et le développement des bassins d’orage de plus de 5 000 m3 et de l’ensemble du réseau de collecteurs dans la Région de Bruxelles-Capitale. Elle veille à atteindre les meilleurs niveaux d’épuration à un coût maîtrisé par la mise à niveau de la STEP Sud et la reprise programmée de la STEP Nord. Hydria participe à  la réflexion au sujet d’une politique intégrée du cycle de l’eau. 

NOS VALEURS

Hydria vise l’excellence au travers de son engagement quotidien en faveur du/de la :

 

Bien-être
Hydria a comme objectif le bien-être au travail et la qualité du cadre professionnel. Nous mettons notre personnel au cœur de nos préoccupations, nous créons un cadre d’écoute bienveillant et un climat de confiance, et nous encourageons la prise de responsabilités. La politique des ressources humaines de l’entreprise vise une relation à long terme avec ses collaborateurs, relation qui passe par la valorisation des talents, le développement personnel, ainsi que l’unité au sein de l’entreprise.

 

Service
Hydria accorde de la valeur à la qualité du service rendu tant à l’égard de la collectivité et de ses clients qu’à l’égard de ses collaborateurs. Nous encourageons la proactivité et le développement de solutions.

 

Durabilité
Hydria a la volonté d’améliorer l’environnement et, en particulier, la qualité des eaux de surface. Nous cherchons à améliorer nos processus industriels par la mise en œuvre de techniques innovantes, afin d’accroître la qualité des eaux traitées, de limiter notre empreinte environnementale et d’appliquer la logique de  l’économie circulaire.

 

Sécurité
Dans la réalisation de ses missions, Hydria met en place les conditions nécessaires pour préserver la santé et le bien-être de chacun. Nous visons à atteindre et maintenir le niveau « zéro accident ».

NOS ACTIVITÉS

Collecteurs d’eaux usées

Pour acheminer les eaux usées issues des utilisations domestiques, commerciales ou industrielles de l’eau potable et les eaux pluviales vers les stations d’épuration ou les bassins d’orage, Hydria possède un important réseau de collecteurs d’égouts. Ce réseau est dit « unitaire » car il recueille simultanément les deux types d’eau.

 

L’installation des premiers collecteurs bruxellois remonte au début des années 1990, ce qui correspond au lancement des travaux de construction de la STEP Sud. Lors de l’inauguration de la station d’épuration en 2000, les principaux collecteurs d’amenée étaient fin prêts et ont pu être reliés à la station d’épuration. Le réseau du sous-bassin hydrographique Sud a toutefois continué à s’étendre par la suite, jusqu’à la construction du collecteur du Geleytsbeek en 2019-2020. Le réseau géré par Hydria se compose actuellement des ouvrages suivants :

 

  • Collecteur du Bld. Industriel à Anderlecht (2 900 m)
  • Collecteur d’Anderlecht (780 m)
  • Collecteur Ceria à Anderlecht (700 m)
  • Collecteur du Vogelzangbeek à Anderlecht (5 620 m)
  • Collecteur d’Uccle (3 280 m)
  • Collecteur de Drogenbos (3 000 m)
  • Collecteur du Verrewinkelbeek (5 500 m)
  • Collecteur de St-Gilles (3 020 m)
  • Collecteur de Forest (850 m)
  • Collecteur de sortie du bassin d’orage Forest (600 m)
  • Collecteur effluent de la STEP Sud, qui ramène les eaux épurées vers la Senne (970 m)

 

La STEP Nord, inaugurée en 2007, dispose, quant à elle, de trois voies d’approvisionnement : le collecteur Rive droite du canal (exploité par Vivaqua), le collecteur de la Woluwe (exploité par Vivaqua à Bruxelles et Aquafin en Flandre) et un nouveau collecteur situé sur la rive gauche du canal, construit en même temps que la STEP Nord par Aquiris pour le compte d’Hydria. Dans le sous-bassin hydrographique Nord, le réseau exploité par Hydria comporte les infrastructures suivantes :

 

  • Collecteur du Drootbeek à Jette (660 m)
  • Collecteurs autour du bassin d’orage Flagey (300 m)
  • Collecteur de la rue Gray à Ixelles (1 600 m)
  • Collecteur du Broebelaar à Etterbeek (1 700 m)
  • Collecteur Tervuren à Woluwe-Saint-Pierre (780 m)
  • Collecteur de sortie du bassin d’orage Rodebeek à Woluwe-Saint-Lambert (380 m)
  • Collecteur Rive gauche (7 000 m)

 

Deux petits bassins d’orage de 1 000 m3 (celui de Percke à Uccle et celui du Verrewinkelbeek à Linkebeek) complètent ce dispositif, leur rôle étant de diminuer les surverses dans les cours d’eau.

 

Bassins d’orage

La fonction de ces ouvrages est d’éviter la saturation des collecteurs lors d’orages violents et de réduire ainsi les risques d’inondation. Un enjeu crucial face aux épisodes climatiques extrêmes que nous subissons de plus en plus fréquemment. Hydria gère cinq des principaux bassins d’orage bruxellois :

 

  • Dans la vallée de la Woluwe :
    • Watermaelbeek (33 000 m3)
    • Rodebeek (40 000 m3)
  • Dans la vallée du Maelbeek :
    • Belliard (17 000 m3)
    • Flagey (33 000 m3)
  • Dans la commune de Forest :
    • Forest (18 000 m3)

Épurer les eaux usées

Assainir les eaux usées avant qu’elles ne soient rejetées dans la Senne constitue l’activité principale d’Hydria. Dans ce cadre, elle exploite la station d’épuration de Bruxelles-Sud, entièrement rénovée. Elle est également l’autorité concédante de la station d’épuration de Bruxelles-Nord, exploitée jusqu’en 2027 par un partenaire privé, Aquiris.

 

STEP Sud

Mise en service en 2000 et gérée par Hydria depuis le 1er août 2015, la station de Bruxelles-Sud (STEP Sud) est implantée sur quatre hectares à la limite des communes de Forest et d’Anderlecht. Elle dépollue les eaux usées du sous-bassin Sud de Bruxelles, correspondant de manière approximative aux communes bruxelloises d’Anderlecht, Forest, Saint-Gilles et Uccle, ainsi qu’aux communes périphériques de Rhode-Saint-Genèse, Linkebeek, Drogenbos et Ruisbroek, situées en Région flamande. La STEP Sud traite ainsi l’équivalent de la consommation de 360 000 habitants.

Entre 2015 et 2021, la STEP Sud a fait l’objet d’un important chantier de refonte de ses installations visant à augmenter ses performances de traitement et à réduire autant que possible l’impact du rejet des eaux épurées dans la Senne. Ces travaux ont fait de la station exploitée par Hydria l’une des plus performantes d’Europe : grâce, notamment, à une imposante installation de filtration membranaire

– la deuxième en importance au niveau européen, lors de sa mise en service, avec une surface de membranes de 227 000 m2 –, l’eau traitée présente, en sortie de station, la qualité d’une eau de baignade.

 

STEP Nord

En activité depuis 2007, la station d’épuration de Bruxelles-Nord (STEP Nord) est la plus importante du pays. Elle traite les eaux usées en provenance de la Région de Bruxelles-Capitale et du bassin flamand de la Woluwe, avec une capacité de 1,1 million d’équivalents-habitants.

La STEP Nord est exploitée par l’entreprise privée Aquiris (groupe Veolia) depuis sa mise en activité en 2007. Le contrat BOOT (Build, Own, Operate and Transfer) conclu avec la Région de Bruxelles-Capitale arrivera à son terme en 2027, date à laquelle Hydria deviendra le propriétaire et l’exploitant de la station.

En 2018, la STEP Nord s’est dotée d’une centrale de cogénération capable de produire 13 000 MW d’électricité par an. Cette production d’énergie verte s’ajoute à celle qui est générée par les panneaux solaires et la turbine hydroélectrique déjà présents sur le site, faisant de la station le deuxième producteur d’énergie verte en Région bruxelloise.

Réduire les risques d’inondations

Face au dérèglement climatique, la réduction des risques d’inondations constitue un défi majeur. Hydria possède cinq des principaux bassins d’orage installés dans la capitale. Grâce à 16 pluviomètres répartis sur le territoire bruxellois, elle assure un suivi en temps réel de la pluviosité et estime au plus juste la répartition des pluies lors d’épisodes orageux, une évaluation indispensable à la gestion optimale des bassins d’orage. Elle est également l’une des chevilles ouvrières du projet de recherche européen FloodCitiSense, qui doit mener à la création d’un service d’alerte aux inondations pluviales pour et par les citoyens.

Exploité par Hydria, le réseau de mesures Flowbru assure une surveillance quantitative des eaux de surface, des eaux usées et de la pluviométrie à Bruxelles. Il réalise également des mesures qualitatives de l’eau de la Senne et de ses affluents.

Flowbru dispose actuellement de 94 stations de mesures, reliées par câble à 184 capteurs répartis sur le territoire bruxellois. Parmi elles, 16 pluviomètres chargés des mesures des précipitations.

Les données que collecte Flowbru sont indispensables au bon fonctionnement d’Hydria, en particulier dans le cadre de la gestion dynamique du réseau d’égouttage et des bassins d’orage que l’entreprise compte implémenter dans les années qui viennent. Ces données intéressent également de multiples parties prenantes externes, telles que l’Institut Royal Météorologique, les universités, certains bureaux d’études et collectifs de citoyens…

 

1. Filtration membranaire : de quoi s’agit-il ?

La technologie membranaire a été choisie comme étape ultime du traitement de l’eau à la STEP Sud. Elle consiste à faire passer l’eau dans un maillage serré de membranes pourvues de trous microscopiques (0,04 micron de diamètre) qui constituent une barrière physique très efficace permettant d’arrêter la quasi-totalité des matières en suspension, des bactéries, des virus, ainsi que des microplastiques. Ces derniers résultent de la dégradation d’objets en plastique (sacs, bouteilles, filets, etc.) ou sont utilisés tels quels, notamment dans certains produits cosmétiques. Plus personne n’ignore aujourd’hui que ces substances contaminent les mers et les océans, et menacent directement la faune marine.

Lors de sa mise en service en 2018, l’installation de filtration membranaire de la STEP Sud était la deuxième en importance au niveau européen (227 000 m2). Le débit filtré à ce stade du traitement peut atteindre jusqu’à 6 500 m3 par heure. Les performances atteintes en épuration grâce à ce type de technologie sont exceptionnelles et ont permis d’améliorer sensiblement la qualité des eaux de la Senne.

 

2. Production de biogaz grâce à la valorisation des boues  

Chacune des étapes du processus de traitement des eaux usées génère des sous-produits, en particulier des boues, qu’il va falloir éliminer d’une manière ou d’une autre (incinération, enfouissement…).

Soucieuse de minimiser son empreinte écologique, Hydria a décidé d’équiper la STEP Sud d’un processus de biométhanisation (ou digestion anaérobie). Il s’agit d’un procédé naturel consistant à transformer la matière organique des boues d’épuration en énergie (biogaz), sous l’action de bactéries et en l’absence d’oxygène. Conduit dans des enceintes confinées appelées digesteurs, ce procédé permet, en outre, de réduire de 30 % à 40 % en moyenne les quantités de boues produites, tout en éliminant l’essentiel des nuisances olfactives.

Une unité de cogénération permet la production simultanée d’électricité et de chaleur au départ du biogaz généré par la digestion anaérobie. La chaleur produite est utilisée pour maintenir les boues à bonne température dans les digesteurs, garantissant quasiment une autosuffisance. Quant à l’électricité produite (635 kWh), elle est également utilisée directement sur le site de la station d’épuration.

Découvrez aussi

Filtration membranaire : de quoi s’agit-il ?

La technologie membranaire a été choisie comme étape ultime du traitement de l’eau à la STEP Sud. Elle consiste à faire passer l’eau dans un maillage serré de membranes pourvues de trous microscopiques (0,04 micron de diamètre) qui constituent une barrière physique très efficace permettant d’arrêter la quasi-totalité des matières en suspension, des bactéries, des virus, ainsi que des microplastiques. Ces derniers résultent de la dégradation d’objets en plastique (sacs, bouteilles, filets, etc.) ou sont utilisés tels quels, notamment dans certains produits cosmétiques. Plus personne n’ignore aujourd’hui que ces substances contaminent les mers et les océans, et menacent directement la faune marine.

 

Lors de sa mise en service en 2018, l’installation de filtration membranaire de la STEP Sud était la deuxième en importance au niveau européen (227 000 m2). Le débit filtré à ce stade du traitement peut atteindre jusqu’à 6 500 m3 par heure. Les performances atteintes en épuration grâce à ce type de technologie sont exceptionnelles et ont permis d’améliorer sensiblement la qualité des eaux de la Senne.

Production de biogaz grâce à la valorisation des boues

Chacune des étapes du processus de traitement des eaux usées génère des sous-produits, en particulier des boues, qu’il va falloir éliminer d’une manière ou d’une autre (incinération, enfouissement…).

 

Soucieuse de minimiser son empreinte écologique, Hydria a décidé d’équiper la STEP Sud d’un processus de biométhanisation (ou digestion anaérobie). Il s’agit d’un procédé naturel consistant à transformer la matière organique des boues d’épuration en énergie (biogaz), sous l’action de bactéries et en l’absence d’oxygène. Conduit dans des enceintes confinées appelées digesteurs, ce procédé permet, en outre, de réduire de 30 % à 40 % en moyenne les quantités de boues produites, tout en éliminant l’essentiel des nuisances olfactives.

 

Une unité de cogénération permet la production simultanée d’électricité et de chaleur au départ du biogaz généré par la digestion anaérobie. La chaleur produite est utilisée pour maintenir les boues à bonne température dans les digesteurs, garantissant quasiment une autosuffisance. Quant à l’électricité produite (635 kWh), elle est également utilisée directement sur le site de la station d’épuration.

HYDRIA